2 octobre 2013

 Face à une mer d'angoisse, que faire ? Sauter d'dans à pieds joints ! 
Version augmentée Version simple

Enfin, nous y sommes ! Le grand départ tant attendu, c’est aujourd’hui. Patience devant notre géant des mers, le ferry Fantastic , qui nous emportera au Maroc , sur l’autre rive de la Méditerranée.

Début octobre : des centaines de véhicules surchargés font la queue au poste de douane, avant d’être engloutis dans la gueule béante du monstre d’acier. Dans deux semaines aura lieu la plus importante fête de l’islam : Aïd al-Adha W (en arabe عيد الأضحى, fête du sacrifice), Aïd al-Kabir (العيد الكبير, la grande fête) ou encore, en français, « fête du mouton ». C’est l’occasion pour les Marocains, émigrés ou d’origines, de retrouver leur famille.

Nous, c’est l’inverse ; nous quittons la nôtre, pour une durée indéterminée. Nos sacs à dos sont chargés d’espoirs et bourrés d’appréhensions. Car nous nous jetons dans une énormité : découvrir des bouts d’Afrique… à pied. À ce moment exact, je trouve l’idée totalement dingue.

Mais ne nous laissons pas submerger par le stress. La solitude, les différences et les incompréhensions ne doivent pas faire peur. Au contraire, laissons-les nous enrichir, lâchons prise, flottons au-dessus de tout ça.

Facile à dire…

Enfin, nous y sommes ! Le grand départ tant attendu, c’est aujourd’hui. Patience devant notre géant des mers, le ferry Fantastic, qui nous emportera au Maroc, sur l’autre rive de la Méditerranée.

Début octobre : des centaines de véhicules surchargés font la queue au poste de douane, avant d’être engloutis dans la gueule béante du monstre d’acier. Dans deux semaines aura lieu la plus importante fête de l’islam : Aïd al-Adha (en arabe عيد الأضحى, fête du sacrifice), Aïd al-Kabir (العيد الكبير, la grande fête) ou encore, en français, « fête du mouton ». C’est l’occasion pour les Marocains, émigrés ou d’origines, de retrouver leur famille.

Nous, c’est l’inverse ; nous quittons la nôtre, pour une durée indéterminée. Nos sacs à dos sont chargés d’espoirs et bourrés d’appréhensions. Car nous nous jetons dans une énormité : découvrir des bouts d’Afrique… à pied. À ce moment exact, je trouve l’idée totalement dingue.

Mais ne nous laissons pas submerger par le stress. La solitude, les différences et les incompréhensions ne doivent pas faire peur. Au contraire, laissons-les nous enrichir, lâchons prise, flottons au-dessus de tout ça.

Facile à dire…


  1. Voir l’article Wikipedia Aïd al-Adha